Share to Facebook Share to Twitter Share to Google Plus

Vendredi 12 décembre 2014, 20h30

Carl Philipp Emmanuel Bach (1714-1788)
Symphonie en La majeur H660

Georg Philipp Telemann (1681-1767)
Concerto pour viola d'amore, hautbois d'amour et flûte, TWV 53:E1
Concerto pour trois violons, cordes et basse continue en Fa majeur, TWV 53:F1

 

Programme

Thierry Ghasarossian, viola d'amore
Nathalie Gullung, hautbois
Marielle Oggier, flûte
Catalin Desaga, Sebastian Tegzesiu, Stefan Horvath, violon

Facundo Agudin, direction
Orchestre MUSIQUE DES LUMIÈRES

Réservation : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél. : +41 (0)32 466 23 09

ENTREE LIBRE

Production Musique des Lumières
En coopération avec l’association la Nef | Exposition Cantonale Berne Jura 2014

La célébration des 300 ans de la naissance de Carl Philip Emmanuel Bach permet de redécouvrir ce formidable compositeur, souvent caché sous l'ombre titanique de son père, Johann Sebastian Bach. Carl Philip a écrit lui-même qu'il aurait été impossible à ses frères et lui d'approcher la grandeur de l'oeuvre paternelle, et qu'ils ont donc cherché à s'exprimer dans des domaines que Johann Sebastian n'aurait pas abordés, et dans des styles différents du sien. Johann Christian a brillé dans l'opéra, Carl Philip dans la littérature pour clavier, les sonates, les symphonies, et notamment exploré le style galant, auquel le grand Bach avait de préférence tourné le dos.

Telemann est un compositeur extraordinairement prolifique : sa longévité a beaucoup aidé, car il n'a jamais arrêté de créer jusqu'à la fin de sa vie. Toujours curieux, toujours à la recherche de sonorités particulières, Telemann traverse et embrasse les nouveaux styles de composition ainsi que l'enrichissement de l'orchestration pendant toute sa vie. Il intègre rapidement le nouveau matériel fourni par les modes successives en aboutissant toujours à un mélange fascinant entre tradition et nouveauté qui est sa marque personnelle.

Trois oeuvres fortement originales illustrent cette période de la musique connue comme « style galant » dont Carl Philip est l'un des plus parfaits exemples : il a même abondamment collaboré à sa définition et à sa compréhension à travers ses écrits théoriques qui sont encore des sources précieuses sur la pensée et sur la pratique musicale du 18e siècle, peu avant l'explosion du style classique dont Mozart et Haydn allaient devenir les maîtres.

Vous avez trouvé une coquille ? S’il vous plaît, sélectionnez-la et appuyez sur Ctrl + Entrée.
FaLang translation system by Faboba